Bâtir des relations saines et durables

Scroll

L’humain, de par sa nature, naît rarement avec les capacités à établir et à développer de saines relations avec les autres. À mesure qu’il grandit et découvre le monde, certaines de ces compétences commencent à se mettre en place dans son quotidien. Et comme toute autre compétence, celles-ci ne peuvent être apprises et maîtrisées que si l’on reconnaît le besoin et qu’on y met l’énergie et le temps nécessaire pour les développer.

En faisant le vide dans nos esprits et en accomplissant quelques actes nécessaires de base, chacun d’entre nous se retrouve, à un moment de sa vie, avec le potentiel de bâtir des relations saines et durables. Dans cette perspective, basée sur l’histoire et sur la science, je vous ai regroupé les principaux éléments qui vous aideront à développer des relations saines dans les différents domaines de votre vie.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, commençons par découvrir pourquoi les relations sont vraiment nécessaires.

Pourquoi les relations sont-elles vraiment nécessaires?

Vous avez peut-être remarqué que plus vous vous rapprochez des personnes que vous aimez, plus vous avez tendance à vous sentir heureux et à être satisfait de votre vie. Ce sentiment de plénitude, que chacun de nous éprouve à un moment donné dans sa vie, témoigne de l’attachement naturel que l’humain a envers son prochain.

En effet, lorsqu’on revient quelques 100 000 ans en arrière, une époque pendant laquelle le monde était bien différent de celui d’aujourd’hui, l’humain évoluait en petit groupe et maintenait des relations sociales fortes avec sa tribu. Ensemble, ils établissaient des stratégies pour chasser des mammouths. Ils ramassaient le bois nécessaire pour en faire des tas de feu. Ils s’asseyaient autour de ces feux et se racontaient des histoires imaginaires qui ont fini par bâtir les bases d’une société moderne. [1]

En d’autres termes, les humains de cette époque maintenaient essentiellement des relations de groupe et de famille. De nos jours, ces relations incluent non seulement la famille et les groupes, mais aussi les amis, les animaux de compagnies et les communautés plus larges auxquelles nous appartenons. Au fur et à mesure que le temps passe, une nouvelle civilisation évoluée commence à prendre place, donnant ainsi lieu à des relations homme-machine [2]. Quelles qu’elles soient, il existe deux bonnes raisons qui témoignent de la valeur de ces relations depuis la nuit des temps.

La première concerne la longévité.

La longévité

Tout comme il y a plus de 50 000 ans, où notre survie dépendait essentiellement de la force de notre tribu, des études montrent aujourd’hui que les personnes ayant des relations positives vivent plus longtemps. Cela est essentiellement dû à des facteurs tels que la réduction du stress et l’abandon de mauvaises habitudes engendrées par un respect de soi et notamment de son partenaire.

Toujours dans cette optique, une étude réalisée en 2010 par Debra Umberson et Jennifer Karas Montez a prouvé que les relations sociales affectent la santé mentale, la santé physique et le risque de décès [3]. Autrement dit, les personnes vivant des relations saines à long terme ont 50 % moins de risques de mourir prématurément que les personnes sans elles. En termes d’espérance de vie, vivre sans ces relations est aussi malsain que fumer 15 cigarettes par jour selon Holt-Lunstad !

Qu’en est-il de la seconde raison ?

La croissance et le développement personnel

Bien qu’ils étaient parfois durs envers les adultes qui ralentissaient la troupe, les humains d’une même tribu d’il y a 50 000 ans se soutenaient mutuellement. Chaque membre du groupe connaissait son rôle et sa position, renforçant ainsi la croissance du groupe et l’atteinte des objectifs communs.

De nos jours, les choses se déroulent d’une façon plus ou moins similaire. Il suffit de considérer les salles de sport dans lesquelles nous nous réunissons pour nous entraîner avec notre prochain, les assises de soutien psychologiques durant lesquelles nous nous soutenons mutuellement et les projets sur lesquelles nous travaillons ensemble pour leurs réussites pour nous rendre compte de la valeur inestimable des relations dans la croissance et l’amélioration personnelle.

À ce sujet, la recherche a montré que de bonnes relations peuvent réduire le stress, encourager des comportements sains et favoriser une meilleure récupération. Selon Benjamin A. Steinberg, professeur de médecine dans la division cardiovasculaire de l’Université de l’Utah Healthcare, les patients bénéficiant d’un solide soutien social ont tendance à avoir une meilleure récupération. Ce soutien peut provenir d’amis, de la famille ou même d’un animal de compagnie.

La recherche a également prouvé que de bonnes relations sont très favorables pour notre système immunitaire. En effet, en 2005, des chercheurs du Ohio State University Medical Center ont fait des plaies par ampoules à des couples mariés. Ils ont ensuite remarqué que les blessures guérissaient presque deux fois plus vite chez les conjoints qui interagissaient chaleureusement par rapport à ceux qui étaient très hostiles les uns envers les autres. [4]

Ces quelques éléments essentiels prouvent l’importance des relations dans nos vies. Et si l’on découvrait comment améliorer ces relations ?

Comment pouvez-vous améliorer vos relations ?

1. Reconnaissez les émotions chez les autres pour créer des relations plus saines

Toute relation positive, qu’elle soit amoureuse, amicale ou familiale, commence par la reconnaissance et le respect des besoins émotionnels des uns et des autres. Vous faites cela en vous connectant et en appréciant les autres. Vous le faites également en écoutant les autres et en leur faisant part honnêtement de ce que vous ressentez.

Faire preuve d’empathie avec quelqu’un ne signifie pas nécessairement de le comprendre parfaitement, mais plutôt de l’accepter tel qu’il est, même lorsque vous ne le comprenez pas [5]. Cela consiste à valoriser son existence et à le traiter comme sa propre fin plutôt que comme un moyen pour une autre fin. La douleur d’autrui devient aussi la vôtre et le problème de l’autre devient un problème collectif.

L’empathie est donc l’une des seules choses qui différencient les humains des animaux [6]. Elle est difficile à pratiquer, mais c’est sans doute l’une des compétences humaines les plus importantes à mettre en place pour améliorer vos relations.

2. Comprenez que l’amour est le produit d’une relation saine, pas le fondement de celle-ci

Cela pourrait choquer beaucoup de gens, mais l’amour n’est pas une composante essentielle d’une relation saine.

« Comment est-ce possible ? », me diriez-vous.

Eh bien, considérez d’abord le fait que vous pouvez aimer quelqu’un qui est absolument terrible pour vous. Les gens restent dans des relations horribles, toxiques, voire abusives, parce qu’ils s’aiment. Et ce n’est pas qu’ils se sont simplement convaincus qu’ils aimaient l’autre personne : ils l’aiment réellement. Vous pouvez aimer un ami ou un parent qui est accro à la drogue ou à l’alcool, et ce, même s’il vous fait du mal à vous et à tous ceux qui l’entourent. Les enfants peuvent aimer leurs parents négligents et même violents. Donc, de la même manière, nous pouvons aimer un partenaire qui est terrible pour nous.

En soi, l’amour à lui seul ne suffit pas pour maintenir une relation. Il n’est pas la raison pour laquelle deux personnes devraient rester dans une relation. Au lieu de cela, l’amour vrai et inconditionnel est le produit merveilleux de deux personnes qui créent un lien sain l’une avec l’autre.

3. Changez le cours des actions avec la flexibilité psychologique

Très souvent, il suffit qu’une personne commence à parler d’un sujet que nous y tirons déjà une conclusion à l’avance. Ce n’est la faute de personne. C’est ainsi que nous avons appris à agir.

Pourtant, une étude récente menée par Karen Twiselton et ses collègues a révélé que lorsque vous êtes plus flexible psychologiquement, la qualité de vos relations est encore meilleure [7]. Cette flexibilité psychologique n’est autre que la capacité à persister ou à changer le cours d’une action, même en présence de pensées, sensations et émotions désagréables, afin d’avancer en direction de ce qui est important pour vous [8].

L’une des meilleures façons de procéder consiste à écouter votre interlocuteur et à lui laisser le temps d’exprimer ce qu’il ressent. Accordez-lui le bénéfice du doute en lui posant des questions lorsque vous n’êtes pas sûr des détails. Reconnaissez ses émotions et acceptez-les. Cela vous donne non seulement le contrôle de la situation, mais vous permet aussi de changer le cours des actions avant que celles-ci ne détruisent votre relation.

C’est tout ce qu’il vous faut.

Notes

  1. Sapiens: Une brève histoire de l’humanité. 2015. Par Yuval Noah Harari.  Lien d’accès
  2. Homo Deus: Une brève histoire de l’avenir. 2017. Par Yuval Noah Harari. Lien d’accès
  3. Umberson D, Montez JK. Social relationships and health: a flashpoint for health policy. J Health Soc Behav. 2010;51 Suppl (Suppl):S54-S66. doi:10.1177/0022146510383501
  4. Kiecolt-Glaser JK, Loving TJ, Stowell JR, et al. Hostile Marital Interactions, Proinflammatory Cytokine Production, and Wound Healing. Arch Gen Psychiatry.2005;62(12):1377–1384. doi:10.1001/archpsyc.62.12.1377
  5. Riess H. The Science of Empathy. J Patient Exp. 2017;4(2):74-77. doi:10.1177/2374373517699267
  6.  Kret ME, Muramatsu A, Matsuzawa T. Emotion processing across and within species: A comparison between humans (Homo sapiens) and chimpanzees (Pan troglodytes). J Comp Psychol. 2018 Nov;132(4):395-409. doi: 10.1037/com0000108. Epub 2018 Jul 19. PMID: 30024235.
  7. Twiselton, K, Stanton, SCE, Gillanders, D, Bottomley, E. Exploring the links between psychological flexibility, individual well-being, and relationship quality. Pers Relationship. 2020; 27: 880– 906. https://doi.org/10.1111/pere.12344
  8.  Hayes, S. C., Strosahl, K. D. et Wilson, K. G. (2012). Acceptance and commitment therapy : The process and practice of mindful change (2e éd.). New York : Guilford Press.

Submit a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.