Si l’autodiscipline semble difficile, alors vous la faites mal

Scroll

 

Mark Manson raconte ceci :

« Il y a quelques années, j’ai entendu parler du sommeil polyphasique (cycle d’uberman) qui consiste à faire une sieste de 20 minutes 6 fois par jour. Soi-disant, de grandes figures historiques comme Napoléon et Tesla ont suivi le même horaire de sommeil et c’est pourquoi ils ont été si productifs et influents dans l’histoire. Soi-disant, n’importe qui (c’est-à-dire vous et moi) pourrait atteindre cet état d’hyper-productivité quotidienne. Soi-disant, tout ce dont nous avions besoin était d’avoir suffisamment de volonté pour supporter des jours de privation de sommeil et «s’acclimater» à ce nouveau programme surhumain. Soi-disant, tout cela était vrai et vérifié et avait en quelque sorte un sens.

Moi, comme un idiot, j’ai essayé de suivre leurs habitudes. Plusieurs fois. Pendant des années, j’ai été obsédé par la réalisation de l’horaire du sommeil d’Uberman. Et pendant des années, j’ai continuellement échoué.»

Il y a de fortes chances qu’à un moment donné de votre vie vous ayez essayé de changer votre comportement par pure volonté et vous avez échoué lamentablement. Ne vous sentez pas mal. C’est ce qui arrive la plupart du temps.

La plupart des gens pensent à l’autodiscipline en termes de volonté. Si nous voyons quelqu’un se réveiller à cinq heures du matin tous les jours, prendre un smoothie vert à chaque repas, renifler des flocons de choux de Bruxelles et s’entraîner pendant trois heures avant même de s’essuyer le cul le matin, nous supposons qu’il y parvient par une violence auto-infligée ou qu’il y a un démon intérieur insatiable qui le pousse comme un esclave à tout faire correctement, et ce, quoiqu’il arrive.

Ce n’est pas vrai. Si vous connaissez quelqu’un comme ça, vous remarquerez un détail vraiment effrayant à son sujet : il apprécie vraiment ce qu’il fait.

La plupart des gens, lorsqu’ils prennent leur santé en main pour la première fois, commencent par se torturer dès le début. Soit ils meurent de faim pendant une journée, soit ils passent des heures sur le tapis roulant. En faisant cela, ils prouvent qu’ils ont de la volonté. Hélas! Revenez une semaine plus tard et d’ici là, ils seront revenus à leurs anciennes habitudes.

« La pire chose que vous puissiez faire est de dépendre de la volonté pendant plus d’une journée », explique Foreyt.

À court terme, cela peut vous mettre dans un état de motivation élevé pour vous mettre au régime ou pour commencer à faire de l’exercice ou, encore, pour arrêter de fumer. Cependant, à long terme, vous devez concevoir un programme qui changera votre vie à long terme parce que celui-là est voué à l’échec.

Comment s’y prendre alors ?  

Pour commencer, surveillez ce que vous faites maintenant afin d’avoir une base de référence à laquelle comparer vos progrès, suggère Albert Bandura [1]. « Après cela, vous pouvez définir des objectifs, mais ils doivent être des objectifs faciles, concrets et à court terme qui peuvent servir de marqueurs de votre succès. Plus vous atteignez vos objectifs, plus vous vous verrez comme un succès », dit-il.

Supposons que vous souhaitez réduire votre taux de cholestérol. Vous pourriez commencer par quelque chose d’aussi simple qui consiste à ne pas manger de viande rouge le lundi. Faites ensuite attention à ce qui se passe. Pourriez-vous résister à votre hamburger habituel à l’heure du déjeuner? Sinon, pourquoi? L’erreur était-elle d’essayer de commander une salade dans le meilleur restaurant de hamburger de la ville? « L’astuce » , dit Bandura, « consiste à trouver où, quand et pourquoi vous vous égarez, puis à surmonter l’obstacle. »

Au fur et à mesure que vous réussissez, vous devenez plus motivé. Presque inconsciemment, vous commencez à mettre en place les circonstances qui vous permettront de réussir encore plus. Après un certain temps, vous n’aurez même plus besoin de penser à vos nouvelles habitudes améliorées.

Une fois que vous avez pris cette course pendant trois mois, vous ne vous demanderez pas si vous pouvez le faire, vous ne penserez pas au moment où vous pourriez le faire, vous ne vous rappellerez pas pourquoi vous devriez le faire, vous allez juste le faire.

À vous de jouer maintenant.

Notes

1- Albert Bandura est considéré comme l’un des chercheurs en psychologie les plus influents du xxe siècle, selon l’étude officielle Review of General Psychology (2002). Il est connu pour sa théorie de l’apprentissage social, qu’il a renommée théorie sociale cognitive en 1986, et les concepts relatifs à cette théorie en particulier le concept d’auto-efficacité. (source : wikipédia)

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *